Laurent MERSIÉ

RESPONSABLE RÉGIONAL
Depuis 2019 chez Frayssinet

Secteur agricole : Départements 19, 24, 33, 46, 47.

 

+33 (7) 85 30 24 03
l.mersie@frayssinet.fr


 

COMMENT AVEZ-VOUS CONNU FRAYSSINET ?

J’ai eu la chance de travailler en collaboration avec l’entreprise Frayssinet dès mon entrée dans la vie active en tant que technico-commercial auprès d’une clientèle de viticulteurs et d’arboriculteurs. En effet, j’ai commercialisé l’ensemble de la gamme Frayssinet pendant 13 ans. Durant cette période, grâce au centre de formation Frayssinet, j’ai approfondi mes connaissances sur la matière organique : son importance, son rôle, son action dans le sol et son impact sur la physiologie végétale. Cela m’a permis d’aborder au mieux mon métier. C’est la seule entreprise avec qui j’ai pu participer à des formations techniques dissociées de l’aspect commercial. Frayssinet n’hésite pas à ouvrir les portes de son unité de production et à montrer son savoir-faire. Durant ces 13 années de collaboration, Frayssinet m’a permis d’élargir mes connaissances et de m’épanouir, c’est donc tout naturellement que j’ai intégré l’entreprise en janvier 2019.

 

QUEL EST L’INTÉRÊT DE LA MATIÈRE ORGANIQUE ?

Grâce à son savoir-faire, à son Centre de Recherche intégré et à ses partenariats avec des instituts, des universités (INRA, IFV, Université Montpellier II…), Frayssinet œuvre depuis plus de 25 ans pour préserver la vie des sols. La matière organique est le moteur des sols et le carburant des plantes. Avant tout, les plantes se nourrissent et se développent dans le sol. Frayssinet s’est toujours attaché à développer des produits permettant d’optimiser le fonctionnement des sols en toute innocuité (sans métaux lourds et sans boues de station d’épuration). Les nouveaux enjeux climatiques nous font nous poser beaucoup de questions. C’est ainsi que la matière organique et la vie des sols se retrouvent au centre du débat. En effet, un sol dépourvu d’humus stable aura une activité biologique réduite, de faibles réserves et surtout un faible pouvoir de rétention en eau. Mais nous n’obtiendrons pas les mêmes résultats ou les mêmes comportements du sol ou de la plante en fonction des différents types ou origines de la matière organique. C’est pour cela qu’il est important de bien connaître les produits qu’on utilise.

 

QUE PENSEZ-VOUS DE LA RSE NORME ISO 26000 ?

L’innocuité des produits, la traçabilité et la normalisation peuvent paraître évidents et normaux aujourd’hui. Mais aucune autre entreprise dans le monde de la fertilisation organique n’est aussi normée que Frayssinet, et ce depuis déjà plusieurs années. L’entreprise a toujours priorisé ses préoccupations sociétales telles que l’environnement, la biodiversité, la santé des utilisateurs et des consommateurs. Aujourd’hui, ses engagements se formalisent à travers sa démarche RSE et son évaluation « exemplaire » par l’AFQ 26000 depuis 2015, une référence.

 

PNS ET ŒNOLOGIE ?

Aujourd’hui, Frayssinet développe des solutions innovantes appelées PNS (Programme Nutrition et Stimulation). On construit un plan de fertilisation en fonction du profil de vin recherché et des objectifs qualitatifs, en prenant en considération les problématiques de chaque parcelle. À travers cette démarche, on intègre tous les paramètres physico-chimiques du vin (analyse œnologique) et de la plante (analyses pétiolaires et de rameaux). L’objectif est d’anticiper les éventuels disfonctionnements de la plante ou problèmes œnologiques qui peuvent en résulter. La première qualité d’un vin, c’est son sol et son terroir. Aujourd’hui grâce mon Diplôme National d’Œnologie je m’intègre pleinement dans cette démarche.

 

L’AVENIR : LES BIOSTIMULANTS ?

Les consommateurs veulent de plus en plus de produits sains, c’est-à-dire exempts de résidus de produits phytopharmaceutiques. C’est pour cela que depuis quelques années, les agriculteurs traitent de moins en moins tout en assurant une production de qualité et quantitativement viable. La gamme de biostimulants qui existe déjà chez Frayssinet et en cours de développement apporte et apportera la garantie d’optimisation des récoltes et de sécurité alimentaire. Pour moi, l’avenir passe par les biostimulants : produire en utilisant des produits qui favorisent les défenses naturelles des plantes tout en étant sans danger pour l’environnement et la société. Je remercie Luc et Thierry de m’avoir accordé leur confiance et de pouvoir apporter ma contribution au développement de ces solutions grâce à mon expérience dans la protection des cultures et ma connaissance du monde agricole.
Bref le retour à la nature, au respect de l’environnement, les enjeux climatiques, les attentes sociétales font que les produits respectueux, qualitatifs et performants ont de beaux jours devant eux.

 

Revenir aux interviews des responsables régionaux