Romain Frayssinet

Romain Frayssinet DirecteurInterview Romain FRAYSSINET, depuis 2012 chez FRAYSSINET.

Votre nom nous le connaissons mais parlez-nous de Romain, quelle est son histoire ?

Elle démarre à Montpellier le 5 octobre 1984… Dans les années 80, en Languedoc, on avait une chance sur deux d’avoir un grand-père vigneron, c’était mon cas, un grand-père vigneron (à Saint-Martin de Londres dans l’Hérault) et un grand-père dans les engrais organiques. J’ai été fasciné durant toute ma jeunesse par le culte et l’engagement qu’ils avaient pour leur métier respectif. Cette fascination m’a conduit à faire le choix de poursuivre ces deux métiers. J’ai suivi la totalité de mes études par la voie de l’alternance, à 18 ans j’intégrais le Moulin de Lène (domaine viticole du groupe) pour développer un réseau commercial fraîchement démarré. A 20 ans, j’entrais dans une école supérieure de commerce de Montpellier financée par l’alternance chez un promoteur immobilier national, aux achats fonciers. A 25 ans, je reprenais la gestion et la direction commerciale du Moulin de Lène. A 31 ans, j’ai rejoint le groupe Frayssinet, plus spécifiquement au service des achats. Cette expérience sur l’ensemble de la filière, du foncier au produit fini, m’offre une vision globale mais précise sur les enjeux et problématiques à résoudre pour nous-mêmes et nos clients.

À l’ère de Facebook et de Blablacar, comment un trentenaire perçoit-il de la modernité sur les métiers du groupe FRAYSSINET ?

Nous sommes acteurs majeurs dans les métiers les plus en phase avec les enjeux du monde moderne. Grâce à notre département R&D, nous potentialisons des matières premières naturelles afin qu’elles poursuivent leur cycle de vie proprement et avec intérêt. C’est de la restitution positive, non seulement pour le végétal, mais également pour le sol. Nous sommes le maillon d’une activité circulaire millénaire et d’avenir. Les sols n’ont pas de plan B, nous avons la mission de les conserver intacts et d’en révéler le potentiel avec raison. Enfin, optimiser durablement la nutrition directe ou indirecte des individus est la finalité de notre mission.

FRAYSSINET existe depuis bientôt 150 ans, quels peuvent être les enjeux d’approvisionnement avec une telle antériorité et expérience ?

Notre métier a fortement évolué durant les 30 dernières années. Les mutations industrielles, agricoles et environnementales ont impacté à différents niveaux non seulement l’accès à certaines ressources mais également nos attentes en termes de diversité des matières et de traçabilité. L’usage de certaines matières premières à fort potentiel agronomique pour la production d’énergie a entre autres perturbé certains équilibres. La charte des achats responsables que nous avons élaborée dans le cadre de notre démarche RSE «Viae Ethicae» en est le cadre et l’esprit. La matière première est l’essence de notre existence, nous avons développé notre savoir et la technicité de nos produits en l’étudiant. Afin de répondre aux enjeux actuels et de demain, le sourcing de nouvelles matières premières est majeur. Il est à la fois un accélérateur d’idées et également un soutien à l’innovation. Alors malgré nos 150 ans, nous avons conservé toute la curiosité de notre jeunesse !

Et la 5ème génération, ils la vivent comment votre arrivée ?

Plutôt très bien, leur engagement à nos côtés est entier et stimulant. Mon père a une mécanique intellectuelle précise et rodée, cela m’aide beaucoup dans l’appréhension du métier et de ses parties prenantes. On prépare ce moment depuis plusieurs années et nous ajustons nos comportements mutuels depuis plus de 30 ans alors ça roule ! Pour les achats, je passe du temps avec mon oncle qui a une expertise de plus de 30 ans, il n’hésite pas à m’offrir ses retours d’expériences afin d’accélérer la connaissance pratique et les us et coutumes métier. Enfin, c’est pour eux la possibilité d’accélérer les projets en cours et d’atteindre sereinement, une nouvelle dimension.

Propos recueillis par Jacques Bigorre.

Interview Yann FRAYSSINET, Directeur