Régis CASTAN

RESPONSABLE VITI-VINI
Depuis 2013 chez Frayssinet

+33 (6) 76 77 71 67
r.castan@frayssinet.fr


 

 

RÉGIS CASTAN QUEL EST VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL ?

Après 20 ans dans la coopération viticole comme directeur technique, j’ai ressenti le besoin de relever d’autres challenges. Frayssinet m’a offert cette opportunité ; l’entreprise était précédée d’une belle réputation dans notre milieu et j’ai franchi le Rubicon. Je suis donc maintenant totalement mobilisé sur le développement de la démarche Authentis. Mon expérience et ma passion toujours intactes pour la vigne et le vin trouvent là un formidable terrain d’investigation : que du bonheur ! Je remercie Thierry et Luc Frayssinet pour la confiance qu’ils m’accordent et les moyens qu’ils mettent à ma disposition.

 

LA VIGNE ET L’ORGANIQUE… MÊME COMBAT ?

On peut le dire comme ça ! L’objectif reste dans les deux cas la qualité de la performance. Le viticulteur a le devoir de respecter le terroir et sa vigne s’il veut en tirer le meilleur. Chez Frayssinet la logique est la même. Associer les meilleures matières premières, trouver les bons équilibres, veiller à la fabrication ; offrir un service commercial efficace, autant de paramètres indispensables pour tenir sa place dans un mode économique sans concession.

 

VOUS FAITES SOUVENT LE LIEN ENTRE LA FERTILISATION ET L’ŒNOLOGIE ?

Effectivement, je soutiens même, l’idée simple mais tellement évidente que la fertilisation est le premier geste œnologique. Elle contribue à l’équilibre symbiotique, entre la vigne et la production de vins qualitatifs et adaptés aux profils voulus. Ceci est reconnu par les œnologues les plus réputés. Au vu des enjeux économiques, environnementaux et de santé publique, les divers maillons de la filière n’ont pas le droit de se tromper. Rien ne justifie la prise de risque avec des fertilisants organiques bas de gamme pour une économie relativement minime. La fertilisation n’est pas une dépense aléatoire, mais bien un investissement rentable.

 

VOUS TRAVAILLEZ EN LIEN DIRECT AVEC LES CAVES ?

Oui. Nous menons l’expérimentation avec les différents services techniques des caves qui nous définissent leurs problématiques spécifiques. Nous essayons de trouver les bonnes réponses à ces problèmes, ce qui nous a conduits à proposer le programme de nutrition et stimulation (PNS) adapté ; il n’est pas né du hasard, mais du fruit d’un travail acharné de nos ingénieurs dont le lien avec le terrain est permanent. Nos partenaires de la distribution sont bien évidemment associés à ces travaux et apportent leur valeur ajoutée à cette relation plus forte entre l’amont et l’aval.

 

UN FOURNISSEUR QUI S’INVESTIT C’EST AUSSI UN MAILLON FORT POUR LA DISTRIBUTION DE FRAYSSINET ?

Bien sûr ! Et cela conforte notre relation. Je pense que notre investissement technique et relationnel est un atout pour ceux qui assurent la promotion et la commercialisation de nos produits. Les temps ont changé. Le partenariat évolue aussi vers plus d’échanges et de professionnalisme. Un fournisseur qui négligerait cette dimension se fragiliserait. Je pourrais à ce titre reprendre la phrase d’un grand écrivain français qui disait en substance « qu’il serait illusoire et sans espoir de combattre une idée dont le temps est venu ». Oui je le pense, le temps est venu de travailler autrement mais l’engagement des hommes reste la valeur première.

Voir l’interview de Lionel LARUE
Revenir aux interviews des responsables régionaux